IMG_0002.jpgIMG_2868.jpgIMG_5755.jpgDPP_000208.jpgIMG_2924.jpgIMG_7154.jpgIMG_5645.jpgIMG_5199.jpgIMG_7915.jpgIMG_5228.jpgDSC_4784.jpgIMG_7700.jpgIMG_5256.jpgIMG_5241.jpgIMG_7615.jpgIMG_1254.jpgIMG_7973.jpgIMG_7265.jpgIMG_4368.jpgIMG_2913.jpgIMG_5277.jpgDSC_6240.jpgIMG_5205.jpgIMG_7892.jpgDSC_4786.jpgIMG_7300.jpgIMG_7116.jpgIMG_5224.jpgIMG_6762.jpgIMG_1814.jpgIMG_5626.jpgIMG_5274.jpgIMG_6700.jpgIMG_7305.jpgIMG_7626.jpgDSC_4767.jpgIMG_9322.jpgSN203894.jpgIMG_7102.jpgIMG_5740.jpgIMG_5259.jpgIMG_2897.jpgSN203875.jpgIMG_7499.jpgIMG_5749.jpgDPP_000296.jpgIMG_7780.jpgIMG_7718.jpgDSC_2236.jpgIMG_2874.jpgIMG_7257.jpgPB221895.jpgIMG_7472.jpgSN203793.jpgIMG_7145.jpgIMG_7025.jpgDSC_4789.jpgDSC_4762.jpgIMG_5176.jpgIMG_2956-JR.jpg

Les Valeurs Fondatrices de l'Espélido

 

Le centre social et culturel entend être un foyer d’initiatives, porté par des habitants associés, appuyés par des professionnels, capables de définir et de mettre en œuvre un projet de développement social pour l’ensemble de la population d’un territoire.

Les centres sociaux et socioculturels réfèrent leur action et leur expression publique à trois valeurs fondatrices :

- La dignité humaine
- La solidarité
- La démocratie
- L’élaboration de l’action
- La conduite de l’action

 

La dignité humaine

Reconnaître la dignité et la liberté de tout homme et de toute femme est l’attitude première des acteurs des centres sociaux.
L’accueil, l’écoute et le respect de chacun rend possible le dialogue personnalisé.
Le regard porté sur les autres se garde des préjugés moraux et culturels.
La reconnaissance laïque de la pluralité des croyances évite le renvoi de chacun à sa conscience individuelle ou au repli identitaire. L’attention donnée aux qualités et aspirations de l’autre ouvre les chemins de la convivialité, des progrès personnels et des coopérations réciproques.

haut de page

 

 

 

La solidarité

Considérer les hommes et les femmes comme solidaires, c’est-à-dire comme étant capables de vivre ensemble en société, est une conviction constante des centres sociaux et socioculturels depuis leurs origines.
Les individus deviennent des acteurs solidaires lorsqu’ils s’engagent dans des rapports sociaux qu’ils contribuent à constituer, tels que les liens familiaux, les relations de voisinage, les convivialités, les solidarités de groupe, les rencontres interculturelles, les participations associatives, les rapports de travail, les engagements citoyens…
Echanger des savoir-faire, entrer dans des réseaux d’entraide, soutenir l’insertion sociale et économique de chacun, défendre les droits des personnes à vivre en société, solidarisent les individus.

haut de page

 

 

 

La démocratie

Les centres sociaux et culturels entendent établir, et au besoin conquérir, avec et pour les habitants d’un quartier, d’une ville, d’une agglomération ou d’un pays, des espaces de discussion et de participation à des prises de décision concernant leur vie quotidienne et celle de la collectivité. La démocratie participative, en proposant, en agissant, en contestant, est nécessaire à la vie politique locale.
La force de la démocratie locale c’est l’engagement civique des citoyens.

haut de page

 

 

 

L’élaboration de l’action

Les centres sociaux et socioculturels prennent autant en compte les potentialités que les difficultés. Ils font de l’écoute et de la rencontre des habitants, mais aussi de l’observation et du recueil méthodique de données, les instruments de leurs analyses, contribuant ainsi à l’élaboration de diagnostic territoriaux concertés.
Les centres sociaux insèrent leur action quotidienne dans un « projet social » cohérent et pluriannuel, explicitant objectifs et moyens. Référé aux caractéristiques du territoire, ce projet est élaboré avec les habitants et concerté avec les partenaires des centres sociaux et culturels. Les centres sociaux n’agissent pas seuls. Ils connaissent les autres acteurs associatifs, administratifs, politiques ou économiques de leur territoire de projet. Ils nouent avec eux des relations nécessaires aux actions à conduire. Ils formalisent, de préférence, ces relations dans des conventions de partenariat.

haut de page

 

 

 

La conduite de l’action

Dans la conduite de leurs actions, les centres sociaux et socioculturels entendent être participatifs, opérationnels et responsables.
Participatifs, ils le sont lorsque, délibérément, ils inscrivent l’engagement actif d’habitants et de bénévoles dans une logique d’éducation populaire en favorisant leur formation.
Participatifs, ils le sont lorsqu’ils coopèrent avec des acteurs publics, afin de produire avec eux des « biens publics » tels que, par exemple, la qualité des espaces collectifs ou l’esprit civique. Participatifs, ils le sont, lorsqu’ils prennent publiquement la parole pour avertir et faire des propositions ou pour dénoncer l’inacceptable.

Opérationnels, les csc le sont par leur capacité à conduire avec professionnalisme une pluralité d’actions coordonnées, ponctuelles ou durables, individuelles ou collectives, dans la proximité ou pour l’ensemble d’un territoire.

Responsables, ils le sont lorsqu’ils s’activent à rassembler les moyens de leur projet social tels que le concours actif de bénévoles compétents, le recrutement des salariés qualifiés, la transformation d’emplois précaires en emplois permanents, la disposition de locaux adaptés, l’obtention de financements pérennes.

Responsables, ils le sont aussi lorsqu’ils font connaître aux habitants et à leurs partenaires leur programme d’action, lorsqu’ils gèrent avec rigueur l’argent public qui leur est attribué, lorsqu’ils se soucient de soumettre leurs actions et leur gestion à l’évaluation interne et externe.

Extrait de la Charte des Centres Sociaux et Socioculturels Texte adopté par l’Assemblée générale d’Anvers (17-18 Juin 2000)

haut de page
Copyright © 2012 Espelido,Centre Social et Culturel Espelido. Tous droits réservés. Conception et Réalisation, Laurent Crespin Pascal SALOU